26/05/2008

Cannes, I say

Cannes le président
 

Sean Penn n'en croit pas ses oreilles lorsque Valérie Lemercier entonne son hilarant monologue "For ze best actorz in ze world, please don't go too fast...", avant d'appeler Benicio Del Toro et de lui remettre la Palme d'interprétation pour sa composition du Che dans le film de Steven Soderbergh.

Une des surprises d'un palmarès inattendu qui a sacré Entre les murs de Laurent Cantet, au nez et à la barbe de L'Échange de Clint Eastwood rapidement annoncé comme favori de la quinzaine, ou du Conte de Noël de Despleschin qui repart une fois de plus les mains vides.  

Cannes Entre les murs

Voici donc, le verdict de Cannes pour les longs métrages en compétition, annoncé hier soir dans un tohu-bohu enfantin (nous sommes à Cannes, que diable !) par un Edouard Baer complètement dépassé par les événements, mais toujours impérial dans sa drôlerie pince-sans-rire...

Prix du scénario

Le Silence de Lorna, Luc et Jean-Pierre Dardenne

Prix d'interprétation féminine

Sandra Corveloni dans Linha De Passe, de Walter Salles et Daniela Thomas

Prix d'interprétation masculine

Benicio Del Toro dans Che, de Steven Soderbergh

Prix du Jury

Il Divo, Paolo Sorrentino

Prix de la mise en scène

Les Trois singes, de Nuri Bilge Ceylan

Grand prix

Gomorra, Matteo Garrone

Palme d'or

Entre les murs, de Laurent Cantet

Et comme lot de consolation, un Prix du 61e Festival de Cannes, attribué respectivement à Catherine Deneuve pour Un conte de Noël et Clint Eastwood pour L'Échange.

Th. V.W.

11:17 Écrit par Thierry Van Wayenbergh dans Festivals | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : cannes, palme, strass |  Facebook |