16/02/2009

Rourke ? Catch him if you can!

The Wrestler

The Wrestler ****

Réalisé par  Darren Aronofsky (2008)

Avec Mickey Rourke, Marisa Tomei, Evan Rachel Wood .

Président du jury du Festival de Venise 2008, Wim Wenders ne s’est pas trompé en attribuant à The Wrestler le Lion d’or du meilleur film. Ni en ajoutant dans la foulée que Rourke méritait la même récompense comme comédien, ne serait la spécificité du festival italien de ne pas remettre deux prix prestigieux à un même long métrage. Comment ne pas trop en dire pour faire sentir tout le bien qu’on pense du film, alors que le réalisateur aborde avec une indicible subtilité un sujet à priori casse-gueule? En disant qu’Aronofsky, avec humilité et talent fou, refuse obstinément de tomber dans les pièges du film de genre. Que ce film exceptionnel sur un catcheur déchu est tout sauf ça. Que l’auteur de Requiem for a dream, caméra à l’épaule derrière ce showman pathétique, dépasse les Dardenne sur leur propre terrain du « fictif documentaire », parce qu’il a compris, lui, que même chez les ‘’misérables’’, on garde l’humour en bandoulière. Pour parer les coups durs. Justement, tous les personnages d’Aronofsky, aussi cassés soient-ils, sont des drogués de la vie. Et Rourke, immense dans la peau de ce « phénomène de foire » à la gueule de travers et au cœur qui dérape, agit sur nous comme une addiction. Au cinéma, bien sûr. Mais aussi à l’existence. Formidable!

 

T.V.W.

 

18:52 Écrit par Thierry Van Wayenbergh dans Ciné-découvertes | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : aronofsky, rourke, doc |  Facebook |

Commentaires

Bonsoir Thierry, je suis moins enthousiaste que toi et beaucoup d'autres sur ce film. J'y suis allée pour Rourke dont j'ai été une fan de la première heure. Il m'a presque fait de la peine et on a beau dire que la violence du catch est purement du chiqué de mise en scène. J'ai parfois détourné les yeux (trop c'est trop) En revanche, Marisa Tomei est vraiment très bien. Bonne soirée.

Écrit par : dasola | 24/02/2009

Je retourne la visite de politesse Merci d'être venu faire un tour sur mon blog et d'y avoir écrit des choses bien aimables ma foi.
C'est vrai comme le dit Dasola que l'on a la gorge nouée à de nombreuses reprises et que l'on ignore si c'est à cause du personnage ou simplement de Mickey, mais c'est justement ce vertige qui fait tout le prix de ce film.
A bientôt

Écrit par : Frédérique | 09/04/2009

Les commentaires sont fermés.