13/12/2008

Coppola réinvente le cinéma, et s'attire les foudres de ceux qui ont oublié de rêver

lhomme_aff

1938, en Roumanie. Frappé par la foudre, Mattei, un vieux professeur de linguistique, rajeunit miraculeusement tandis que ses facultés se décuplent. Il peut s’atteler au grand œuvre de sa vie: le livre définitif sur l’origine du langage. A travers un récit méandreux et complexe, où il convoque le grotesque flirtant avec le ridicule (les scènes où Veronica/Laura ‘accouche’ dans son sommeil de langues anciennes) et le sublime (des plans rêvés superbes), le réalisateur d’Apocalypse now se livre à un poignant autoportrait de l’artiste qu’il est, en prise avec une seule contrainte, la nôtre à tous: le temps. Mattei n’aura de cesse de répéter qu’il est un être raté, par son incapacité à réaliser son ultime chef-d’œuvre. Un film déroutant, qui aborde profusion de thèmes et multiplie les clins d’œil à l’œuvre de Coppola, mais aussi au 7e art, machine magique tout à la fois contemporaine, prophétique et passéiste… intemporelle, comme ce métrage obsédant.

Th. V.W.

11:14 Écrit par Thierry Van Wayenbergh dans Ciné-découvertes | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : reve, duplicite, lanterne magique, coppola |  Facebook |

Commentaires

Bonsoir Thierry, j'ai malheureusement loupé ce film, pas eu le temps et il est resté très peu à l'affiche et pourtant le casting est flatteur. Il faudra que j'arrive à le voir un jour en DVD. En plus, ce film démontre du talent de Coppola de faire un film qui sort des sentiers battus. Un grand monsieur. Bonne soirée.

Écrit par : dasola | 21/12/2008

Les commentaires sont fermés.