16/01/2008

Prix de plus mauvais scénario de l'année aux Golden Globes américains



golden_globes

Les scénaristes boudant toujours pour cause de 'mauvais traitements', c'est donc une remise des Golden Globes sous la forme d'un communiqué de presse d'une bonne vingtaine de minutes à laquelle nous avons pu assister. Liminaire, faut-il le préciser, comme son 'originalité'.

MEILLEUR FILM DRAMATIQUE

  • American Gangster
  • Les promesses de l'ombre
  • Reviens-moi
  • The Great Debaters
  • Michael Clayton
  • No Country for Old Men
  • There Will Be Blood

    MEILLEURE ACTRICE DANS UN FILM DRAMATIQUE
  • Cate Blanchett - Elizabeth: L'Age d'or
  • Julie Christie - Loin d'elle
  • Jodie Foster - A vif
  • Angelina Jolie - Un coeur invaincu
  • Keira Knightley - Reviens-moi

    MEILLEUR ACTEUR DANS UN FILM DRAMATIQUE
  • George Clooney - Michael Clayton
  • Daniel Day-Lewis - There Will Be Blood
  • James McAvoy - Reviens-moi
  • Viggo Mortensen - Les promesses de l'ombre
  • Denzel Washington - American Gangster

    MEILLEURE COMEDIE OU COMEDIE MUSICALE
  • Across the Universe
  • La guerre selon Charlie Wilson
  • Hairspray
  • Juno
  • Sweeney Todd

    MEILLEURE ACTRICE DANS UNE COMEDIE OU COMEDIE MUSICALE
  • Amy Adams - Il etait une fois
  • Nikki Blonsky - Hairspray
  • Helena Bonham Carter - Sweeney Todd: Le diabolique barbier de Fleet Street
  • Marion Cotillard - La mome
  • Ellen Page - Juno

    MEILLEUR ACTEUR DANS UNE COMEDIE OU COMEDIE MUSICALE
  • Johnny Depp - Sweeney Todd
  • Ryan Gosling - Lars and the Real Girl
  • Tom Hanks - L aGuerre selon Charlie Wilson
  • Philip Seymour Hoffman - The Savages
  • John C. Reilly - Walk Hard: The Dewey Cox Story

    MEILLEUR FILM D'ANIMATION
  • Bee Movie
  • Ratatouille
  • The Simpsons Movie
  • MEILLEUR FILM ETRANGER

  • 4 mois, 3 semaines et 2 jours
  • Le scaphandre et le papillon
  • Les Cers-volants de Kanoul
  • Lust, Caution
  • Persepolis

    MEILLEUR SECOND ROLE FEMININ
  • Cate Blanchett - I'm Not There
  • Julia Roberts - La guerre selon Charlie Wilson
  • Saoirse Ronan - Reviens-moi
  • Amy Ryan - Gone Baby Gone
  • Tilda Swinton - Michael Clayton

    MEILLEUR SECOND ROLE MASCULIN
  • Casey Affleck - L'assassinat de Jesse James
  • Javier Bardem - No Country for Old Men
  • Philip Seymour Hoffman - La guerre selon Charlie Wilson
  • John Travolta - Hairspray
  • Tom Wilkinson - Michael Clayton

    MEILLEUR REALISATEUR
  • Tim Burton - Sweeney Todd: Le diabolique barbier de Fleet Street
  • Ethan Coen et Joel Coen - No Country for Old Men
  • Julian Schnabel - Le Scaphandre et le Papillon
  • Ridley Scott - American Gangster
  • Joe Wright - Reviens-moi

    MEILLEUR SCENARIO
  • Diablo Cody - Juno
  • Ethan Coen et Joel Coen - No Country for Old Men
  • Christopher Hampton - Reviens-moi
  • Ronald Harwood - Le Scaphandre et le Papillon
  • Aaron Sorkin - La Guerre selon Charlie Wilson

    MEILLEURE COMPOSITION MUSICALE
  • Reviens-moi
  • Les promesses de l'Ombre
  • Grace is Gone
  • Into the Wild
  • Les Cerfs-volants de Kaboul

    MEILLEURE CHANSON
  • "Despidida" - Love in the Time of Cholera Music by: Shakira, Antonio Pinto Lyrics by: Shakira
  • "Grace is Gone" - Grace is Gone Music by: Clint Eastwood Lyrics by: Carole Bayer Sager
  • "Guaranteed" - Into the Wild Music & Lyrics by: Eddie Vedder
  • "That's How You Know" - Enchanted Music & Lyrics by: Alan Menken
  • "Walk Hard" - Walk Hard: The Dewey Cox Story Music & Lyrics by: Marshall Crenshaw, John C. Reilly, Judd Apatow, Jake Kasdan
  • (Copyright Dvdrama.com pour la mise en page du Palmarès des Golden Globes)

    Frustré par l'incroyable manque d'audace de l'Académie, l'indéboulonnable présence du politically correct et le scandaleux oubli de films qui n'ont pas fini de marquer l'histoire cinématograhique (nous en reparlerons plus bas), nous avons décidé de décerner NOS prix :

    Prix du Brossage dans le Sens du Poil : Les Golden Globes

    Prix du Scénario Réchauffé : Les Golden Globes

    Prix du Passage Juste à Côté des Vraies Valeurs Montantes : Les Golden Globes

    Prix Alzheimer : Les Golden Globes

    Prix de  De qui se moque-t-on ? : Les Golden Globes

    Prix du God bless America : Les Golden Globes

    Prix du Bush à Bush : Les Golden Globes

    Prix du Look le Plus Savamment Non Préparé : George Clooney dans Michael Clayton

    Clayton

    Prix du Meilleur Film pas Cité : L'Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford

    Prix du Meilleur Acteur Inconnu : Emile Hirsch dans Into the Wild

    Hirsch

    Emile Hirsch, dans son itinéraire d'un enfant qui ne veut plus être gâté

    Prix de Gnangnantise Larmalœillisante : Atonement [ Cité 14 (!) fois dans les prochains Baftas - récompenses britanniques - à venir !! "Pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font !"]

    Prix de la Meilleure Actrice : voir Prix Alzheimer (Julie Christie)

    Prix de la Meilleure Actrice 2008 Ignorée ou Rabaissée au Rang de Second Rôle : Cate Blanchett

    Prix de la Meilleure Perruque : Cate Blanchett, dans I'm not there

    Prix du 'Grand-Père' le plus Touchant et du Second Rôle Véritablement Supporting : Hal Holbrook dans Into the Wild

    Prix de la Quarantenaire la plus Sexy : Catherine Keener dans Into the wild

    Prix des Vieux de la Vieille en Belle Forme : William Friedkin (Bug) et Sidney Lumet (7h58 ce samedi-là)

    Prix du Meilleur Film "Je ne suis pas là (du tout)" : Zodiac

    Zodiac

    Prix de la Meilleure Seconde Perruque : Angelina Jolie dans A Mighty Heart

    Prix du Meilleur Acteur Seul au Monde Pendant 45 Minutes Mais Après Ça se Gâte : Will Smith dans Je suis une légende

    Prix du Serial Killer le plus Fun Passé aux Oubliettes : Kurt Russel dans Boulevard de la mort

    Russel11

                                                     Russel's crocs 

    Prix du Meilleur Acteur non Cité dans un Second Rôle : Sam Rockwell dans L'Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford

    Rockwell

                       Sam, à côté du garçon chapeauté quasi-Afleck

    Prix du Meilleur Film Étranger le Plus Flamand: Ben X

    affiche-Ben-X-2007-1

    Prix du Meilleur Réalisateur Ignomineusement Ignoré Pour son Goût de la Liberté dans le Pays du Roi Oseille : ex-aequo : Andrew Dominik pour L'Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford et Sean Penn pour Into the Wild

    Prix du 'Ramassage de Miettes' dans une Cérémonie Baignée de Mièvritude : ex-aequo : L'Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford et Into the Wild

    Prix de la Victime de la Johnnydeppisation et Meilleur Acteur Connu Pas Reconnu : Brad Pitt dans L'Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford

    Prix du Meilleur Scénariste Qui n'écrit pas pour les Mous du Bulbe et les Feignasses : Andrew Dominik pour L'Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford

    Prix de Je reste Calé Dans Mon Fauteuil Juste Après la Vision : Into the Wild

    Into the wild

                                           "Bus Stop", façon Sean Penn 

    Prix du Mal à l'Aise le Plus Rassénérant : L'Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford

    Prix de la Lenteur la Plus Stimulante : L'Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford

    Jesse

                                                        La légende de Jesse

    Prix du Bon Thriller Carré Bourré de Clichés : Les Promesses de l'ombre

    Prix du Point Commun Avec Les Golden Globes : Marion Cotillard, meilleure actrice dans La Môme

    Cotillard-Piaf

    Prix du Meilleur Retour : Les frères Coen pour No Country for Old Men

    Prix du Meilleur Compositeur de Musique pompante pour Film Sanglolondesviolonisant : Mario Marianelli pour Atonement

    Prix de la Meilleure BO "Cité n'est pas gagné" : Into the Wild par Michael Brook, Kaki King et Eddie Vedder

    Prix de la Meilleure BO Oubliée : L'Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford, de Nick Cave et Warren Ellis

    Prix du Meilleur Acteur Toutes Catégories de l'Année Rabaissé au Rang de Second Rôle Non Gagnant : Philip Seymour Hoffman

    Prix des Golden Blogues : ex-eaquo Cinématique, du ténébreux Ludovic Maubreuil et Contrechamps, de la belle toujours Sandrine Marquès

    Thierry Van Wayenbergh

    PS : Comme les Golden Globes préfigurent les futurs oscarisés, pourvu que les scénaristes poursuivent leur promenade sur la grève. La chronique de la mollesse annoncée n'en sera que moins longue.

     

    12:28 Écrit par Thierry Van Wayenbergh dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

    Commentaires

    ciné télé re m*rde il est étrange de constater que la critique vers les golden globes est triste. mais q'avez-vous donc contre le politiquement correct. moi j'aime le politiquement correct car son avantage est de heurter le moins possiblepour ne pas blesser. à l'inverse de films généralement glorifié par les inrock ou le télémoustique. en général, des films ou la violence et le cul dominent ou ont une place crue, explicite, pornographique, bloodique, sanguine, etc...
    A croire que le trou de balle est devenu le fondement du cinéma ou des médias en général.
    On n'est pas dans la merde.

    Écrit par : mark | 16/01/2008

    Ah, le politically correct Cher Mark,

    les louches de bons sentiments (sauf quand ils sont justes et saisissants comme dans "Into the wild"), mais aussi le faussement décalé et anticonventionnel (comme les pets télévisés frénétiques d'un Cauet par exemple) ou la vraie violence vomitive déversés par des sites internets incontrôlables et dangereux, me donnent aussi, rassurez-vous des pustules façon De Funès dans "L'Aile ou la cuisse".
    Cependant, je me méfie encore davantage du 'politically correct', qui rampe masqué pour bouffer vos derniers rêves...

    Écrit par : Thierry | 17/01/2008

    Les commentaires sont fermés.