12/05/2007

A bas Bush ?

team america

Team America, police du monde, animation, 2005, ados, *

 

« Team America » est une unité d'élite qui se bat sous toutes les latitudes pour assurer notre sécurité. Apprenant qu'un dictateur mégalo s'apprête à livrer des armes de destruction massive à une organisation terroriste, le groupe se lance une fois de plus dans la bataille...

 

Pour ceux qui ne les connaîtraient pas encore, Matt Stone et Trey Parker

Matt Stoneteam america4
sont deux sales gamins nés sous la bannière étoilée, et responsables, ou coupables, c'est selon, de la série animée iconoclaste et féroce South Park diffusée en un temps béni, en version originale sous-titrée, s’il vous plaît, par une chaîne à péage française.
 
sp7
EIIdans South Park(Le suicide d'Elisabeth II  dans un épisode inspiré de 24h Chrono a créé le scandale dans la Perfide Albion!)

 Autant le dire tout de suite, pendant que leurs congénères et néanmoins voisins à l'école de cinéma de leur université du Colorado se gargarisaient de la Nouvelle Vague française et de films d'auteurs en veux-tu en...nuie-toi (c'est eux qui le disent !), ces deux-là ne rêvaient déjà que de mettre en scène, à leur manière, le monde tordu dans lequel nous évoluons.

Leur patte est entre mille reconnaissable : South Park, ou l'histoire des déboires scolaro- sentimentalo-amico-parentaux de Scartman, Cartman et le pauvre Kenny, était contée à l'aide d'une animation ultra-sommaire, presque enfantine, contrastant parfaitement avec les logorrhées ordurières et la violence, l'irrespect foncier de personnages mal dégrossis et pas, mais alors pas du tout politically correct. South Park devint dès lors une série culte, décriée par les ligues de vertus que Stone et Parker ridiculisaient ouvertement, et adorée par des adolescents trop tenus en laisse par une Amérique proprette...

Avec les années, Stone et Parker mettent bien plus d'application à coller leurs crottes de nez dans le dos de la "pensée unique". L'animation de leur Team America au look des Sentinelles de l’air est tout bonnement époustouflante.

 

Team America3

 

À la tête d'une quarantaine de marionnettistes qui parviennent à ne pas s'emmêler les fils dans d'extraordinaires scènes de foule baignées d'effets spéciaux à rendre vert de jalousie un Jerry Bruckheimer, les deux comparses sont devenus, le temps d'un film, de véritables ‘’puppets masters’’...

 

Team America2

 

Mais paradoxalement, cette excellence de l’emballage nuit au film. Le nihilisme crétin assumé des deux réalisateurs est bien en-deça d'un visuel extrêmement soigné. Le rire, accessible avant tout à un public gavé de culture ricaine, doit se frayer un passage dans ce décorum étouffant et, partant, devient forcé, sauf dans quelques scènes pas piquées des hannetons où tout le monde - les acteurs amis de la paix, les barbus, les dictateurs et les arrogantes troupes américaines - est mis dos à dos dans un jeu de massacre tonitruant d'une vulgarité consommée et franchement vivifiante.

Seulement nos deux lascars, épargnant au final un certain George Debbeliou et SA planète, ne poussent pas leur démonstration jusqu'au bout, et laissent planer, comme le Starship Troopers de Verhoeven en son temps, une ambiguïté dérangeante : parodie satirique d'une Amérique impérialiste et de ses films d'action ou exaltation guerrière ?

En refusant de trancher, Parker et Stone ont répondu à la question... malheureusement.

 

Thierry Van Wayenbergh

13:22 Écrit par Thierry Van Wayenbergh dans Ados ration | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.